Personnes handicapées et vie autonome : Rêve ou réalité inaccessible en France ?

« La sagesse a comme ligne de force la compréhension » – Edgar Morin

Entretiens avec Stéphane FORGERON

Comme tout projet, celui relatif au « handicap », s’il existe, doit être global, fonctionnel et intégré dans une trame large. Lors d’un récent échange, nous avons souligné l’impossibilité de l’Etat à faire face à des situations complexes dans le domaine. Il ne suffit pas pour les dirigeants d’être doués de la conscience des systèmes, il leur faut faire preuve de sagesse stratégique. Nous ne répéterons jamais assez que l’approche de la complexité implique une globalisation et une contextualisation du réel en fonction d’une finalité pour pouvoir passer de la réflexion à l’action.

 

Ce qui est paradoxal dans certains pays développés comme la France, c’est que les personnes handicapées aient davantage à se battre que les personnes non handicapées. Face à une mosaïque d’intérêts divergents, à une fragmentation qui s’oppose à l’enrichissement des différences et qui mettent à mal l’universalité des Droits de l’Homme bousculée par le primat de l’économie, beaucoup finissent par baisser les bras.  Au moins trois raisons à cela : des dispositifs d’accompagnement vers une société inclusive inexistants sinon dans la phraséologie, la non-représentation des personnes handicapées par les personnes handicapées, et le poids hégémonique du secteur dit gestionnaire en monopole de représentation vis-à-vis des pouvoirs publics.

QUESTION – Stéphane FORGERON, en France, sans qu’elles soient impliquées dans une concertation les concernant et souvent contre leur volonté de très nombreuses personnes handicapées sont orientées vers des institutions. Ces dernières s’apparentent davantage à des lieux de privation de liberté qu’à des lieux de vie. Comment expliquer cela ?

Stéphane FORGERON – La réponse est pour le moins complexe. Car il serait nécessaire d’énumérer toute une série de croyances et de pratiques infondées sur les personnes handicapées, de comprendre les politiques du handicap mises en place depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et aussi et surtout d’analyser les intérêts particuliers et rapports des acteurs institutionnels (État, associations, élus locaux, financeurs).

Q. : … cette « série de croyances et de pratiques infondées » ?  Dîtes-nous en plus s’il vous plaît.

S. F.- Empêcher une personne de vivre une vie autonome, c’est la priver de tous ses droits ! La croyance la plus destructrice est probablement celle qui consiste à décréter qu’une personne handicapée ne peut être scolarisée en milieu ordinaire, ne peut travailler en milieu ordinaire, ne peut, ne peut…

Q. : … Cette situation semble perdurer ? Qui y trouve intérêt ? 

S.F.- Sûrement pas la personne handicapée elle-même. Cette croyance est surtout entretenue par des personnes présentées comme des « professionnels du handicap », salariés d’établissements financés par l’État, au sein d’associations reconnues à la fois comme gestionnaires d’établissements et représentantes des personnes handicapées.

Q. : C’est quand même grave ! Et contradictoire. Placer en « situation de handicap » des personnes handicapées peut donc leur être imputable ?

S. F.- Effectivement. Mais en premier lieu le combat primordial des personnes handicapées est de se convaincre qu’elles peuvent elles-mêmes se fixer des objectifs, bâtir des projets personnels et professionnels et les réussir.

Beaucoup y pensent, mais peu le mènent, malheureusement.

C’est en fait bien plus facile à dire qu’à faire en raison du poids des représentations, –organisation de la société, d’orientations administratives imposées par les MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) dans des établissements loin de toute vie en société,– les empêchant de vivre avec les autres, comme les autres.

Q. : Revenons à ces gestionnaires. Cherchent-ils une solution pour le mieux-être des personnes handicapées ou creusent-ils une ornière bien éloignée d’une culture de l’ouverture sur un partage et de l’association vers un même but ?

S. F.- Partage… association vers un même but… on en est bien loin tant il est difficile de lutter contre des adultes sans handicap, de remettre en cause des vérités absolues assénées par des associations gestionnaires dont l’intérêt de défendre leurs établissements prévaut sur la défense des droits des usagers accueillis.

Les « professionnels du handicap » ne veulent pas ou peinent à reconnaître que la majorité des personnes handicapées « passées » par les associations gestionnaires sont conditionnées pour vivre dans une dépendance permanente, éloignées des citoyens non handicapés, dans un modèle d’enfermement et de surprotection. Nous sommes dans la justification de l’existence de ces établissements à tous les stades de la vie. De ce fait, les personnes lourdement handicapées ne peuvent prendre confiance en elles, apprendre à être autonomes ou encore exprimer leurs choix de vie. Au fil des années, elles se transforment en des êtres passifs, incapables de prendre les décisions élémentaires qui les concernent.

Toute leur vie est organisée pour leur « bien » dit-on…

VISION SYSTÉMIQUE OU REGARD DES PROBLÈMES DANS LEUR MATÉRIALITÉ

Q. : On cite souvent comme novateurs les pays anglo-saxons et scandinaves ? Y trouve t’on une vision différente de fraternité génératrice d’action ?

S. F.- Je vais répondre par un exemple inspiré de cet excellent article de Yanous : c’est celui de Gisèle qui, sans aidant personnel, ne peut bénéficier d’une vie autonome. Une maigre retraite ne lui permet pas d’assumer les dépenses liées à son besoin d’un auxiliaire de vie toute la journée. Deux choix se présentaient à elle :

  • La solution « made in France » ? le placement en institution pour vivre et passer sa retraite dans son pays.
  • Pour profiter de sa retraite et vivre en toute autonomie, Gisèle personne lourdement handicapée qui a passé toute sa vie professionnelle en France a opté pour la Suède. Elle explique comment elle a « retrouvé une joie de vivre en décidant de s’y installer, loin de sa famille et de ses amis, mais dans un environnement humain et un confort matériel sur mesure. »
Aspirant à une vie digne, Gisèle n’a eu d’autre choix que de quitter la France pour élire domicile en Suède, pays souvent cité en exemple. La législation suédoise a pour finalité « d’encourager l’égalité des conditions de vie et la pleine participation à la vie de la société, […] Le but doit être de donner à la personne handicapée la possibilité de vivre comme les autres, […] basée sur le respect du droit du choix de vie et sur l’intégrité ».

Q.- Plus précisément, comment sont encadrées les activités des personnes handicapées dans d’autres pays ?

S.F.- Ailleurs, particulièrement dans les pays scandinaves et anglo-saxons, des activités sont organisées par petits groupes de personnes lourdement handicapées. Elles sont menées en toute indépendance avec la volonté de changer leur condition de citoyens de seconde zone. Ces pratiques ont permis de développer une nouvelle vision sur la façon d’aborder les problèmes liés aux personnes handicapées.

Dès les années 1970 aux USA, les personnes handicapées sont parties du principe que ces réunions (ex. la pair-émulation) devaient être obligatoirement organisées en dehors des établissements gérés par des « professionnels du handicap ».

Q.- Il semble exister deux façons de considérer le handicap ?

S. F.- Oui, il y a le modèle médical du handicap –également appelé modèle individuel du handicap dans les pays anglo-saxons, et de réhabilitation en Espagne– qui maintient un contrôle sur les personnes handicapées, à travers les institutions spécialisées créées à cet effet. Considérés comme des patients, les prestations y sont avant tout assurées par du personnel médical et para-médical (offre de soins par des infirmiers, de rééducation et d’aide à domicile). Elles ne sont aucunement élaborées pour garantir une vie inclusive.

Puis, il y a les partisans du modèle social du handicap, pour qui la personne handicapée est un consommateur actif, libre et capable de réaliser des activités au sein de la cité. La personne ne dépend plus du système traditionnel des associations gestionnaires.

Q.- Les associations gestionnaires semblent décriées. Vous pouvez nous en dire plus ?

S. F.- Ces associations gestionnaires d’établissements ont en fait, grandement contribué à un enfermement des réponses dans une logique de réadaptation et à orienter les textes législatifs et les pratiques dans cette direction. A l’inverse, dans les autres pays mentionnés qui ont cherché des réponses au sein de la cité, des avancées concrètes ont été réalisées. Cela s’est fait à l’écoute et en collaboration avec des associations militantes –qui défendent les droits des personnes handicapées– et ne gèrent pas d’établissements.

Q.- Mais, alors quel est leur intérêt ? Comment représentent-elles les personnes handicapées ? Des intérêts divergents ne convergent-ils pas en faveur de l’immobilisme ?

S. F.- Il y a assurément un conflit d’intérêts que peut résumer la réponse à cette question : « comment « lever le poing » un jour pour revendiquer le respect des droits et « tendre la main » le lendemain ? Il ne faudrait pas que le même interlocuteur oublie la subvention qui permet d’assurer la pérennité du service rendu par la structure gérée par l’association.

L’approche par le financement à la place, dans des centres fermés pour la plupart, a été privilégiée en France. Il s’agit d’un moyen pernicieux de contrôler les associations gestionnaires, reconnues en même temps par l’état français comme représentantes des personnes handicapées. Désormais, ces associations ne peuvent vivre sans de tels financements publics. Au fil des décennies, ces associations sont devenues dépendantes de l’état, et ont perdu toute forme de militantisme, c’est-à-dire leur ADN, leur raison d’être au moment de leur création.

N’oublions pas non plus que cette façade « levons le poing » attire les adhérents.

Q.- Des exemples ?

S. F.- Dans le champ du handicap psychique, des GEM (groupes d’entraide mutuelle) ont été créés en France, sur la base du modèle des centres pour la vie autonome à l’étranger (ex. Japon, Irlande, USA, Canada, Suède, Norvège). Or, ce dispositif très léger et peu coûteux pour les finances publiques, ayant fait ses preuves par la pair-émulation pour répondre à de nombreux besoins de personnes est parfois dévoyé par le secteur médico-social. On voit, en effet, des associations gestionnaires reprendre ce système voulant par tous les moyens conserver la maîtrise sur la vie des personnes handicapées. En d’autres termes, il s’agit d’un dévoiement de fonds et d’objectifs.

Q.- Les associations gestionnaires rejettent elles le modèle social du handicap ?

S.F. – On peut le dire elles ne connaissent pas voire n’ont aucun désir d’approcher le modèle social qui est de nature à remettre en cause le modèle médical, devenu leur levier d’action. Elles sont bien sûr d’accord sur le principe d’une société inclusive, bien évidemment organisée au sein de leurs établissements ou sous leur contrôle. N’oublions pas que leur enjeu est ailleurs : continuer à percevoir toujours plus de dotations, ce qui passe par la nécessité de création de nouvelles places.

A contrario une vie autonome améliore de façon substantielle la vision sociale de la dépendance. Les personnes qui vivent de façon autonome brisent beaucoup de barrières psychologiques, contribuant grandement à faciliter l’inclusion sociétale de personnes handicapées pour les générations à venir.

Q.- D’autres pays suivent cette approche française ?

S. F.- Entre les années 1970-2000, toutes les institutions –au sens des établissements français– ont été fermées en Suède, au Danemark, en Norvège, aux USA et dans la plupart des provinces du Canada. Le Danemark, a  même supprimé le mot institution de sa législation quand d’autres pays ont diminué de façon drastique le nombre d’établissements (ex. Angleterre) au profit de services dits communautaires, à savoir au plus près de la personne. Précision : les associations françaises confondent à dessein « services communautaires » (dans la communauté, au coeur de la cité, dans le quartier) et « communautarisme », pour refuser toute évolution du système.

Sur le plan international, le placement en institution est de fait de plus en plus rejeté, considéré comme une politique inadaptée et une violation des droits humains. De nombreux pays se sont lancés dans un processus de transformation des services de prise en charge et d’assistance aux enfants et aux adultes handicapés pour développer un modèle de la vie autonome. Les pays scandinaves, anglo-saxons, l’Espagne et l’Italie sont passés d’une prise en charge du handicap à une prise en compte des choix de vie et des besoins de la personne handicapée : les institutions résidentielles de long séjour ont ainsi été remplacées par des services de proximité pour que la personne vive au plus près de sa famille.

Q.- La France semble bien loin de cette approche. Les associations ne devraient-elles pas être uniquement des prestataires de services ?

S. F.- En France, les personnes handicapées sont appelées usagers. Elles ne disposent ni d’un contrôle suffisant sur leurs vies ni sur les décisions qui les concernent. Soulignons aussi que les exigences de l’organisation gestionnaire tendent à passer avant les besoins et les souhaits des personnes handicapées. 

Q.- Vous pensez que les mouvements sociaux… 

S. F.- Oui, l’un des premiers mouvements sociaux modernes dans le champ du handicap, qui ait eu un retentissement international, a été la désinstitutionnalisation, à savoir sortir de centres fermés les personnes handicapées, notamment celles avec un handicap intellectuel, pour qu’elles vivent au sein de la société. Ce mouvement, introduit en Suède en 1969, et au Canada peu de temps après, basé sur le principe de la « normalisation », a été conduit par des prestataires de services et des parents d’enfants avec handicap mental. Ces précurseurs étaient convaincus que les personnes avec des troubles du développement (handicap mental, intellectuel, psychique) devaient vivre dans l’environnement le plus  » normal  » possible pour espérer qu’elles se comportent normalement.

Si les conditions minimales étaient réunies, à savoir accessibilité, aides techniques et une vie autonome garantie par des aidants personnels, chaque fois qu’une prestation s’avérerait nécessaire :
  • Les personnes handicapées pourraient décider sur un pied d’égalité de leurs choix de vie, s’organiser individuellement et collectivement, devenir des acteurs de leur vie.
  • Par contre, les associations gestionnaires n’auraient alors plus de raison d’être, du moins dans leur configuration actuelle.

Le principal défi consiste à garantir que le processus de désinstitutionnalisation soit mené à bien dans le respect des droits des personnes, de leur dignité, de leurs besoins et des souhaits de chaque individu et de sa famille, par la création de nouveaux dispositifs d’accompagnement. L’expérience a montré que la prise en charge institutionnelle produit invariablement des résultats moins bons, en terme de qualité de vie, que les services de proximité de qualité, ce qui se traduit par une vie entière d’exclusion sociale et de ségrégation. S’il est important d’impliquer les prestataires de services, dispositif qui n’existe pas en France – on parle d’associations gestionnaires -, les droits et les points de vue des personnes handicapées doivent toujours prévaloir. Dans les pays dont les gouvernements se sont engagés à passer d’un modèle institutionnel à un modèle de proximité (la vie autonome), la décision a souvent découlé des appels à la réforme lancés par des associations militantes ayant refusé de gérer des établissements.

 

Les Nations Unies définissent ce concept de désinstitutionnalisation – terme tabou en France – de la façon suivante :

 » La désinstitutionnalisation est un processus qui prévoit le passage des milieux de vie institutionnels et autres structures ségrégationnistes à un système permettant une participation sociale des personnes handicapées, dans lequel les services sont fournis à l’échelle de la communauté selon la volonté et les préférences individuelles. Un tel changement implique que les personnes reprennent le contrôle de leur vie, et exige que des services de soutien individualisés soient fournis aux personnes handicapées et que les services et équipements destinés à la population générale soient mis à la disposition de ces personnes et adaptés à leurs besoins. Une désinstitutionnalisation effective exige une approche systémique, dans laquelle la transformation des services institutionnels résidentiels n’est qu’un élément d’un changement plus important dans des domaines tels que les soins de santé, la réadaptation, les services de soutien, l’éducation et l’emploi, ainsi que dans la perception du handicap par la société. L’expérience montre que la désinstitutionnalisation assortie d’un soutien adéquat améliore la qualité de vie et renforce les capacités fonctionnelles des personnes handicapées. »

 

 

S.F.- Qualifié de filière gestionnaire par des chercheurs en sciences sociales le secteur associatif français rejette violemment cette approche.

 

L’organisation à la française du secteur du handicap ne constitue-t’il un obstacle majeur à une vie autonome des personnes handicapées ? La question mérite d’être posée. Dans un projet article-entretien nous retracerons l’historique de l' »activisme » et les avancées qu’il a permises… dans de nombreux pays.

 


Réponses adaptées à la personne (approche systémique vs matérialité)

 

 Réponses en Suède Réponses « made in France »
A partir d’une analyse approfondie des besoins de la personne (jour, nuit, jours fériés, vacances), les communes prennent en charge les 20 premières heures d’aidance hebdomadaire.

Si les besoins en aides humaines sont plus conséquents, sur la base du projet personnel et/ou professionnel de la personne, l’État finance les aidants personnels au-delà de la 20ème heure hebdomadaire.

Sous forme de :

  • paiement direct à la personne handicapée qui devient l’employeur de ses aidants personnels qu’elle peut directement recruter, ou
  • de versement à un organisme agréé – une coopérative défend les intérêts de ses adhérents et se charge du volet administratif -, ou
  • du versement à la commune de l’offre de services qu’elle propose -sous-traitée à des prestataires de services.

la personne choisit la formule qui lui convient le mieux. Ce crédit d’heures (jusqu’à 168 heures par semaine) intègre les frais annexes, tels que les frais de déplacements et d’hôtels de l’aidant personnel pour les vacances. Il fait l’objet de négociations très dures pour obtenir leur financement au regard de l’ensemble des besoins de la personne, d’où l’intérêt de l’appui des coopératives (ex. STIL, GILL, JAG), non gestionnaires d’établissements, lesquelles ont une expertise très fine dans l’évaluation des besoins des personnes et défendent leurs adhérents dans leurs démarches. Les crédits d’heures peuvent être également accordés sur le lieu de travail pour tous les actes de la vie ordinaire, afin que la personne puisse être autonome dans l’environnement professionnel.

La nuit, Gisèle ne bénéficie pas d’aidant personnel, mais est équipée d’un bracelet d’appel au poignet : « Une voix par interphone me demande de quoi j’ai besoin et la « patrouille de nuit » (deux aides-soignantes circulant en voiture) passe ».

A l’inverse, les réponses françaises se sont traduites par la mise en place d’institutions hyper-spécialisées (par type d’handicap, par degré d’handicap, par âge, par territoire), contribuant à mettre à l’écart de la société les personnes handicapées, à les rendre invisibles et à exonérer de fait la collectivité de sa mission d’inclusion.

Le développement des institutions spécialisées, en réponse à des besoins spécifiques a contribué paradoxalement à renforcer la non participation des personnes handicapées au sein de la société et à une discrimination légalisée de cette population.

Le retour vers le droit commun est aujourd’hui un processus difficile à mettre en oeuvre, compte tenu des choix du promoteur de cette politique, à savoir l’État, coupable d’avoir développé une politique d’apartheid social.

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

5 comments for “Personnes handicapées et vie autonome : Rêve ou réalité inaccessible en France ?

  1. 20 août 2017 at 9 h 10 min

    Commentaire reçu sur Mediapart de Monsieur THIERRY VAN GOUBERGEN
    Enfin, enfin une vision alternative à l’oppression institutionnelle pour les personnes vulnérables. La base est simple, peut être trop simple : on ne nait pas handicapé, on le devient ! Le handicap est une construction sociale, comme l’indique les tenants du modèle social (particulièrement le British Social Model) phagocytée par le monde médical qui s’empare de vocables concernant la condition humaine (dépendance, autonomie, etc…) pour le réserver à certaines catégories qu’ils contribuent à créer.

    Vivre libre et en situation de handicap devrait être normal. L’institution n’est pas fondamentalement nécessaire, comme l’a prouvé l’exemple Suédois. Le discours de l’inclusion est un leurre, il ne peut que suivre une exclusion préalable. La condition humaine relève de l’inter dépendance, personne ne s’en sort seul, l’autonomie est une fiction. Entre « handicapé » et personne dite normale, seule persiste une intensité différente, rien dans la nature.

    Construire une alternative à l’institution, qu’elle que soit l’état de la personne, est possible. La Fondation Shan, en Belgique à Bruxelles, innove un modèle radical. Qui respecte l’art 19 de la Convention de l’ONU, les recommandations du Conseil de l’Europe et qui surtout préserve la liberté de la personne en situation de handicap. http://fondationshan.be

  2. 23 août 2017 at 10 h 58 min

    Une France où, en 2017 le Handicap fait encore bien trop peur, et cela, aussi bien physiquement qu’intellectuellement !

    La représentation des personnes atteintes d’un handicap est effectivement reléguée à des institutions type, APF, MDPH qui, par leur faible intérêt auprès du public, ne permettent pas de faire valoir les réelles difficultés des personnes à mobilité réduite (& autres).

    En conclusion, lutter contre l’exclusion et pour une vie autonome ne peut se faire qu’en modifiant l’image du Handicap auprès du gouvernement, mais aussi dans les mentalités de tout-un-chacun.

  3. 24 août 2017 at 10 h 59 min

    article remarquable à diffuser et commenter partout

    au pays dit des Lumières, on reste coi devant tant de pénombre
    au pays dit de la liberté-égalité-fraternité, on demeure attristé devant cet égoïsme,
    au pays dit Fille ainée de l’Eglise, on demeure empli de honte
    à l’heure des réseaux sociaux, le temps est à la prise de conscience et aux actions pertinentes dans le droit fil des Droits de l’homme,

  4. 17 septembre 2017 at 10 h 18 min

    Merci à Sylvie Guillaume, vice-présidente du parlement européen (http://sylvieguillaume.eu/)
    Accessibilité pour les personnes handicapées
    En décembre 2015, la Commission européenne soumettait une directive qui spécifiait les exigences d’accessibilité applicables aux produits et services. Seulement voilà, dans de nombreux États membres de l’UE, il est encore difficile pour les personnes handicapées d’accéder à des services fondamentaux comme les ordinateurs, les smartphones, les distributeurs de billets ou les billetteries. Des estimations indiquent par ailleurs qu’à l’horizon 2020, 120 millions d’Européens souffriront d’une forme quelconque d’handicap. Étendre l’application des règles aux personnes temporairement limitées fonctionnellement, comme les femmes enceintes ou les personnes âgées, faire en sorte que l’ensemble des entreprises respecte les exigences d’accessibilité… Nombreux encore sont les enjeux de ces discussions. L’Europe doit montrer qu’elle est à la hauteur de ses responsabilités, en étant capable d’améliorer le bien-être de millions de ses citoyens.

  5. 19 septembre 2017 at 21 h 41 min

    Ce témoignage d’une maman qui se bat, d’une maman qui souffre est le parfait exemple de l’impossibilité de ceux en poste aujourd’hui à maîtriser le sujet. N’ayant aucune vision globale de la tâche à accomplir, ils emboîtent les pas de leurs prédécesseurs.et se montrent incapables d’utiliser des outils de bon sens; Régler au cas par cas devient leur lot et les rend inutiles.
    Merci Jenn

    DEBUT DE CITATION—
    « J’ ai mal… J’ai mal à mon pays…

    Comment des médecins avec une telle manière de gérer les dossiers peuvent-ils gérer des commissions qui traitent de l’avenir des enfants handicapés ?

    En disant qu’un enfant qui ne supporte NEUROLOGIQUEMENT pas les bruits a un problème psychologique ? En lui demandant d’être suivie par un psychologue parce qu’elle estime que ces problèmes sont liés a un mal-être psychologique ???

    En doutant du parent qui dit « ma fille est heureuse » et en remettant cela en cause ?

    Pour rappel, Lola a fait un AVC ischémique droit et souffre d’innombrables séquelles, motrices et cognitives.

    À quoi sert l’AAEH puisqu’ils ne considèrent pas celle-ci comme un revenu lié à l’impossibilité de travailler du parent qui s’occupe de l’enfant ? À quoi servent les conditions pour toucher les divers compléments, dont ceux qui prennent en compte l’arrêt total ou partiel de l’activité professionnelle ?

    Comment peuvent-ils statuer sur l’AEEH lors d’une simple demande d’AVS ? Sans avoir de projet de vie ? Alors même qu’une notification est déjà en cours jusqu’au 1er juillet 2018 et que l’état de l’enfant n’a pas changé et à même empiré ?

    Comment peuvent-ils exiger que le parent reprenne une activité professionnelle malgré un planning rendant cela impossible ?

    Comment un médecin réeducateur peut-il dire à un parent qu’il refuse tout ce qu’on lui propose quand les propositions faites ne prennent pas en compte les besoins et problèmes liés au handicap de l’enfant ?

    Comme un medecin de rééducation peut-il dire qu’un enfant doit être chouté avec un médicament optionnel si ça le soulage ???

    Comment un médecin réeducateur peut-il demander à ce que l’enfant quitte tout parce qu’elle estime que l’hôpital qu’elle connaît est mieux pour celui-ci ? Alors qu’il se trouve à 1h de route du domicile et que cela demande à l’enfant un trajet quotidien de plus de 2h ? Que cela lui demande de quitter son ecole actuelle, ses copains et que cela change considérablement son rythme de vie ?!Madame estime que, comme l’enfant mange à la maison, les trajets école-maison sont fatigants alors qu’elle lui demande de faire 2h de route par jour !

    J’ai tout prouvé mais ce n’était pas assez. Cette dame considère que, Lola étant prise à 100% il n’y a aucun frais à côté malgré les factures apportées, malgré tout ce que je pouvais lui démontrer.

    J’avais face à moi un ordinateur, une personne sans coeur, fermée sur ses pensées à elle et incapable de se projeter dans notre vie.

    • NON ma fille n’ira pas en hôpital de jour : sa place est dans la société ! Je ne me suis pas battue 4 ans pour tout lâcher maintenant sous prétexte que Mme le docteur depuis 10 ans décide derrière son bureau de l’avenir de mon enfant.
    • NON ma fille n’ira pas voir un psychologue SAUF si son handicap devient trop lourd à porter pour elle, mais ce sera une décision que la MDPH ne m’imposera jamais !

    Finalement, la MDPH ne fonctionne pas en fonction des plannings des enfants, elle impose SON planning qu’importe les besoins de l’enfant pour économiser !
    FIN DE CITATION–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *