L’apprentissage concerne aussi les machines !

Perception<->Décision<->Action<->Apprentissage

Pour la plupart des entreprises membres du CIGREF, l’intelligence artificielle repose essentiellement sur la notion d’apprentissage. Afin de permettre à un système d’apprendre, il faut mettre en commun des bases de données. Le Big data est donc un enjeu non négligeable. Watson, d’IBM illustre parfaitement cette nécessité de l’apprentissage.

L’apprentissage est donc un point essentiel. Néanmoins, il existe plusieurs types d’apprentissages [pour les machines]. Ceux qui apprennent à partir des algorithmes :

• supervisés : le système apprend à fournir la bonne réponse à partir de données lui indiquant des exemples ;
• non supervisés par l’homme : le système apprend seul à partir des données brutes.

La majorité des applications actuelles reposent sur l’apprentissage supervisé. Néanmoins, il existe de nombreux algorithmes non supervisés.

La notion d’intelligence artificielle n’est pas unitaire. Les experts font, en effet, une distinction entre deux formes d’intelligence artificielle :

• l’intelligence artificielle «faible» : elle vise simplement à imiter certaines fonctions de l’intelligence pour répondre à des missions spécifiques. Il s’agit des programmes les plus utilisés. La machine ne fait que donner une impression d’intelligence;
• l’intelligence artificielle «forte» vise, quant à elle, à faire naître une sorte de conscience. Elle se rapproche du raisonnement humain en modélisant notamment les interactions neuronales et en développant la notion d’apprentissage.

À titre d’illustration, le projet de Deep Learning  de Google «Google Brain» de 2012 est un réseau de neurones distribué sur de nombreux serveurs, et auquel lui sont données essentiellement des tâches d’apprentissage supervisé. Cette intelligence artificielle est fondée sur un algorithme prenant une forme d’ apprentissage non-supervisé et il donne d’impressionnants résultats dans le domaine de la reconnaissance d’image, du traitement de la voix, de la traduction automatique, et quelques autres tâches.


Le rapport complet « Gouvernance de l’intelligence artificielle dans les grandes entreprises« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *