Philosophie de la vie autonome

phi

Une « philosophie de la vie autonome » sous-tend les actions pragmatiques de l’État de Californie à l’égard des personnes différentes. L’on y a la conviction que chaque personne handicapée est unique et doit jouir des mêmes droits civiques que les personnes qui n’ont pas de handicap.

Quelques principes directeurs de cette philosophie :

  • La personne handicapée est la mieux placée pour connaître ses besoins. Besoins qui peuvent être satisfaits le plus efficacement possible par des programmes globaux militant en faveur des droits et besoins des personnes handicapées et fournissant un panel de services d’assistance,
  • La personne handicapée devrait pouvoir choisir la façon de s’intégrer dans sa communauté,
  • La personne handicapée a les mêmes aspirations que les personnes qui n’ont pas de handicap.
  • La personne handicapée souhaite la même égalité d’accès aux opportunités sociales, économiques et politiques que les autres personnes.
  • Les personnes handicapées sont les mieux placées pour guider, diriger et contrôler les programmes qui leur sont destinés.

Qu’en pensez-vous ? Le respect que nous nous portons les uns aux autres nous permet-il d’en faire de même ?  En France pourquoi fait-on toujours des points fixes, le pragmatisme déclaré par les uns et les autres n’existant que dans le domaine organisationnel bien loin d’initier de réelles actions ? Pourquoi réfléchit t’on toujours à la place des autres :  politiques, associations…. jacobinistes ou non ?  Mais je vous laisse vous exprimer.

Print Friendly, PDF & Email

3 comments for “Philosophie de la vie autonome

  1. DAUSSY
    2 septembre 2014 at 18 h 16 min

    Je suis en accord sur une grande partie des lignes que vous avez écrites.

    Par contre, je ne comprends pas pourquoi il faut traiter séparément chaque population. En d’autres termes et pour se rapprocher du programme présidentiel fort ambitieux de 500 000 logements construits à terme de 2017, il est nécessaire de développer un SEUL type de logement standardisé et à services intégrés ; ce choix économique permettrait :
    ¤ aux industriels de fabriquer des composants à très grande échelle, donc à plus faible coût de production
    ¤ aux maîtres d’ouvrages, toutes cibles confondues, de construire et commercialiser des logements à des prix de location et/ou d’acquisition beaucoup plus faibles, assurant ainsi l’accessibilité des dits logements au plus grand nombre comme il est souhaité
    ¤ aux concepteurs de créer des logements en ne prescrivant que des produits, matériaux et composants standardisés, assurant ainsi l’accès à tous – valides, âgés, handicapés, grands, gros, petitis,…-
    ¤ aux entreprises une plus grande facilité et rapidité de mise en oeuvre en raison des compatibiités dimensionnelles et performantielles de ces composants, réduisant également la durée des chantiers tout en maîtrisant le confort d’usage
    ¤ aux utilisateurs la jouissance d’un logement :
    – accessible quelques soient leur âge, leurs capacités physiques et intellectuelles
    – utilisable durant les différentes périodes de la vie, y compris la retraite accompagnée
    pour certains d’entre eux des services, voire des soins à domicile
    – transmissible d’une génération à une autre parce que le dit logement n’est pas typé
    pour une utilisation spécifique

  2. 15 septembre 2014 at 14 h 51 min

    Je ne comprends pas non plus…
    Mais cette façon de procéder que tu évoques ne semble s’appliquer qu’en France. Aux États-Unis, par exemple, c’est une loi anti-discrimination qui protège les citoyens différents ; qui, lorsqu’ils rencontrent un souci d’accessibilité, d’emploi ou autre peuvent s’en remettre à la Justice. La Justice saisie, statuera sur le bien fondé ou non de la déclaration de l’intéressé. Et ce, par rapport à la configuration des lieux entre autres… et à leur possibilité de mise en accessibilité.

  3. 15 juin 2016 at 12 h 54 min

    Nous développons la conception universelle d’un habitat-adaptable et son application pour un habitat multiple partagé en cohésion famiiale et son appartement inclusif pour faciliter l’usage et le maintien à domicile d’un parent qui avance en âge ou en situation de handicap

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *